Accueil Actualités Réalisation
Scénario
Films Acteurs Photo, Montage
Musique
Repères historiques Ressources documentaires
 
     
     
 

Metteurs en scène

 
 
 
     
 

Lei Lei 雷磊

Présentation

par Brigitte Duzan, 19 janvier 2023

 

 

Lei Lei

 

 

Illustrateur, graffeur, rappeur, auteur de films d’animation originaux, Lei Lei est né en 1985 à Nanchang dans le Jiangxi (江西南昌), au sud de la Chine. En 2009, il sort avec un master en animation de l’université Tsinghua (Qinghua daxue 清华大学) de Pékin et vit aujourd’hui en alternance à Pékin et Los Angeles. Depuis 2017, il enseigne en effet au département d’Animation expérimentale de l’Université CalArts à Los Angeles, en Californie.

 

 

Son logo

 

 

Courts métrages expérimentaux

 

Ses courts métrages d’animation expérimentaux ont été sélectionnés, remarqués et primés par divers festivals internationaux à partir de 2010 :

-    2010 : « Magic Cube and Ping Pong » (《彩色魔方与乒乓球》) [4’] est sélectionné aux festivals d’animation de Stuttgart et de Melbourne.

https://www.bilibili.com/video/BV1fA411i79C/?bsource=sogou&fr=seo.bilibili.com

 

 

Magic Cube and Pig Pong

 

 

-    2010 : « This is Love » (《这个念头是爱》) [2’38] est primé au festival d’Ottawa (prix Best Narrative Short Award).

 

-    2011 : À moi, à moi (我的,我的) est aussi sélectionné à Ottawa.

https://www.bilibili.com/video/BV19a4y1i7Ey/

 

-    2013 : « Big Hands O Big Hands, Let it be bigger and bigger » (《 大手啊大手,越大越好 》) [6’] est sélectionné aux festivals d’animation de Stuttgart et de Séoul.

https://www.bilibili.com/video/BV1Cy4y1z74k/

 

 

Big Hands O Big Hands

 

 

-    2015 : « Missing One Player » [4’32] est un film d’animation montrant trois joueurs de mahjong attendant désespérément le quatrième, tel Godot, pour pouvoir commencer à jouer.

 

Ces films d’animation sont fondés sur une collaboration musicale de Lei Lei avec son ami Li Xingyu (李星宇), collectionneur de sons comme Lei Lei collectionne les vieilles images.

 

 

Li Xingyu, collectionneur de sons

 

 

Exemple : Hu lulu, Hong longlong, Hua lala  呼噜噜,轰隆隆,哗啦啦2012

https://www.bilibili.com/video/BV1fC4y1H7pt/?spm_id_from=autoNext

 

Le tournant de 2013 : travail sur l’image et la mémoire

 

2013 apparaît entre-temps comme une année charnière, marquée par le début de la collaboration avec Thomas Sauvin, collectionneur de photos et négatifs photos anonymes regroupés dans la collection « Beijing Silvermine » (北京银矿).

 

 

Digital Archive, numéro spécial sur Lei Lei

 

 

 «  Recycled » (《照片回收》) est le premier résultat leur collaboration. Le film est présenté aux festivals d’Annecy et d’Utrecht ; il obtient le Grand prix du court métrage non narratif en Hollande.

La même année, « Hand-Coloured » (《照片手工上色》) est une colorisation à la main de vieilles photos en noir et blanc de Thomas Sauvin, créant un passé virtuel et imaginaire à partir de fragments lacunaires.

 

À partir de ce moment-là, le travail de Lei Lei s’est orienté vers la photo et le collage/animation d’images, poursuivant son travail de brouillage des genres et des frontières artistiques.

 

En 2018, Lei Lei est lauréat du prix Jimei x Arles Discovery [1] pour « Weekend » (《周末》), un collage vidéo de photos tirées de vieux albums et magazines. Il collectionne depuis longtemps vieux livres et journaux : son père était graphiste et avait souvent des livres et revues d’art chez lui, qu’il complétait par des recherches dans des vieilles librairies, à quoi se sont rajoutés les vieux albums photos après son travail avec Thomas Sauvin.

 

 

Weekend (photo Doors)

 

 

« Weekend » est le résultat volontairement un peu anarchique de cette accumulation d’images – le titre évoquant un moment de vide dans la semaine propice aux projets et à la réflexion, mais renvoyant aussi au film de 1967 de Jean-Luc Godard. C’est aussi un travail sur l’histoire et la mémoire, telle qu’elle peut être transmise de génération en génération, dans une volonté introspective.

 

Le prix a étonné certains car l’œuvre n’était pas à proprement parler photographique, mais l’œuvre a quand même été sélectionnée à l’unanimité. Le collage a fait l’objet d’une exposition montée par le commissaire Dong Bingfeng () qui a souligné le rapport aujourd’hui ambigu entre photographie et images, vu la manière dont elles sont perçues et produites.

 

En 2019, il réalise « Ciné Romance à Lushan » (《庐山恋影院》) en partant d’une vieille photo de lui à trois ans avec sa mère au volant d’une vieille voiture dans un décor de studio. Il tente de reconstituer l’atmosphère de l’époque, c’est-à-dire les années 1980, par collage de photos anonymes, d’affiches de propagande, mais aussi d’images du film « Romance on Lushan Mountain » (《庐山恋》) réalisé par Huang Zumo (黄祖模) au studio de Shanghai en 1980, l’un des grands mélodrames du cinéma chinois de cette époque, et immense succès au box-office.

 

 

Ciné Romance à Lushan

 

 

Cet été-là, il est revenu pour la première fois depuis plus de vingt ans dans ces monts Lushan où il allait souvent en été avec sa mère, ses grands-parents ou des amis pour échapper à la chaleur. Il en a tiré un court métrage expérimental d’animation terminé en 2020 : « A Bright Summer Diary » [38’],

 

Entre-temps, cette même année 2019, son moyen métrage « Breathless Animals » (《动物方言》 ) [68’] a été sélectionné dans la section Forum de la Berlinale et au festival FIRST de Xining, puis en 2020 au Festival du cinéma d’auteur chinois à Paris. C’est un documentaire expérimental sous forme de montage d’images anonymes passant à un rythme rapide et venant scander le récit d’une femme qui se souvient de sa jeunesse, dans la Chine des années 1970. Le récit personnel retrace ainsi l’histoire d’une génération : à quoi ressemblait ta vie quand tu étais adolescente ? semble être la question.

 

 

Breathless Animals

 

 

 

Bande annonce

 

Premier long métrage

 

En 2021, son film d’animation-montage « « Silver Bird and Rainbow Fish » (第二个和第三个妈妈) est sélectionné au festival de Rotterdam. Le film a été réalisé en utilisant prises de vue réelles, collages surréalistes et affiches de propagande pour retracer l’histoire de sa famille pendant les années 1950 et 1960 sur fond de culte de la personnalité rendu à Mao. Il figure dans la sélection de la cinquième édition du Festival du cinéma chinois d’auteur de Paris en février 2023.

 

 

Silver Bird and Rainbow Fish

 

 

 

Silver Bird and Rainbow Fish, bande annonce

 


 

À voir et lire en complément

 

- Des images de courts métrages sur son site : https://www.leilei-studio.com/animation

- Lei Lei chez lui, au travail (reportage)

 

 

 

- L’interview de Lei Lei par l’agence Z.Doors à l’occasion du festival Jimei x Arles :

https://www.doors-agency.com/fr/2021/12/23/lei-lei-interview-fr/

et en chinois : https://www.doors-agency.com/zh/2021/12/23/lei-lei-interview/

 


 

[1] Depuis 2015, le festival de photographie Les rencontres d’Arles a ouvert une lucarne en Chine avec le Jimei x Arles International Photo Festival à Pékin et Xiamen.

 

     

 

 

 

 
     
     
     
     
     
     
     
     

 

   

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 



Qui sommes-nous ? - Objectifs et mode d’emploi - Contactez-nous - Liens

 

© ChineseMovies.com.fr. Tous droits réservés.

Conception et réalisation : ZHANG Xiaoqiu