Accueil Actualités Réalisation
Scénario
Films Acteurs Photo, Montage
Musique
Repères historiques Ressources documentaires
 
     
     
 

Metteurs en scène

 
 
 
     
 

Li Minwei / Lai Man-wai 黎民伟

Présentation

par Brigitte Duzan, 7 octobre 2013

 

Li Minwei est considéré à la fois comme l’un des pères fondateurs du cinéma chinois (国片之父”), et comme le « père du cinéma de Hong Kong » (香港电影之父”). A la tête de la compagnie Minxin, puis au sein de la Lianhua, il a en effet marqué son époque et contribué à développer un cinéma que l’on appellerait aujourd’hui d’auteur, dans un contexte qui ne lui était pas forcément favorable.

 

Réalisateur précurseur

 

D’une famille originaire de Xinhui, dans le Guangdong (广东新会), Li Minwei (黎民伟) est né en 1893 au Japon, mais a grandi à Hong Kong.

 

Sa jeunesse est marquée par son engagement révolutionnaire aux côtés de Sun Yatsen : il s’engage dès l’âge de seize ans dans les rangs du Tongmenghui (同盟会) et en 1915 dans ceux du Parti révolutionnaire chinois (中华革命党).

 

Li Minwei

 

Brodsky et la Huamei

 

Li Minwei jeune

 

C’est à Hong Kong, en 1913, que Li Minwei rencontre un homme d’affaires américain d’origine ukrainienne nommé Benjamin Brodsky qui avait fondé en 1909 à Shanghai la Asia Film Company. Or, cette même année  1909, un incendie détruisit le studio Fengtai (丰泰照相馆) de Ren Qingtai (任庆泰), à Pékin, haut lieu des premiers pas du cinéma chinois. Cet incendie contribua au transfert de Pékin à Shanghai du noyau stratégique des activités cinématographiques en Chine.

 

Brodsky était un personnage étonnant, qui parlait le chinois et le cantonais, et réussit à tourner à l’intérieur de la Cité interdite ; son court métrage « Stealing the Roast Duck » (《偷燒鴨》), réalisé en 1909, est considéré comme un film précurseur dans l’histoire du cinéma de Hong Kong.

 

Mais 1912, année de la fondation de la République de Chine, marquait le début d’une période incertaine et troublée, a priori

peu favorable au cinéma. Brodsky vendit la Asia Film Company à deux directeurs shanghaïens d’une compagnie d’assurance (1), et partit à Hong Kong.

 

C’est donc là que, en 1913, il s’associa avec Li Minwei et son frère Li Beihai (黎北海) pour fonder la compagnie Huamei (ou sino-américaine : 华美影片公司), restée célèbre dans l’histoire du cinéma chinois parce que c’est elle qui a produit le premier film de Li Minwei : « Zhuangzi met son épouse à l’épreuve » (《庄子试妻》).

 

Zhuangzi met son épouse à l’épreuve 

 

Le film est adapté d’un opéra cantonais sur le penseur célèbre du rêve du papillon. Dans le scénario de Li Minwei, Zhuangzi décide de tester la fidélité de son épouse. Il feint d’être mort et simule son enterrement, sur quoi sa femme, sans plus attendre, prend un amant, dédaignant même d’aller se recueillir sur la tombe du défunt. Mais l’amant n’est autre que Zhuangzi déguisé. Se rendant compte de sa bévue, la femme se suicide pour échapper à l’opprobre.

 

Li Minwei dans le rôle de

la femme de Zhuangzi

 

C’est le premier film de fiction du cinéma chinois, avec « Un couple infortuné » (《难夫难妻》), réalisé la même année par Zhang Shichuan (张石川) à la compagnie Xinmin (新民影片公司) à Shanghai. Il est remarquable à plusieurs titres.

 

Yan Shanshan

 

C’est le frère de Li Minwei, Li Beihai, qui interprète Zhuangzi, et Li Minwei sa femme, comme le voulait encore la tradition qui interdisait aux femmes de monter sur scène pour jouer aux côtés des acteurs. Mais justement, le rôle de la servante de la femme de Zhuangzi est interprété par la première épouse de Li Minwei, Yan Shanshan (严姗姗), qui devint ainsi la première actrice du cinéma chinois.

 

Autre innovation : si le tournage eut lieu en extérieur et en lumière naturelle, comme c’était courant à l’époque, en revanche il marque la première utilisation d’effets spéciaux en Chine, en l’occurrence l’apparition soudaine et dramatique du fantôme de Zhuangzi.

 

Enfin, comme Brodsky revint peu après aux Etats-Unis et qu’il emporta le film avec lui pour l’exploiter, c’est le premier film chinois à avoir été exporté.

 

Fondateur de la Minxin

 

La Minxin à Hong Kong

 

Au début des années 1920, Li réalise son rêve : ouvrir une salle de cinéma. Puis, en 1922, il fonde une première compagnie de production, qui porte déjà le nom de Minxin (民新制造影画公司), et qui est située dans la rue qui a depuis lors été baptisée « rue de l’écran » (银幕街).

 

C’est ensuite le 5 mai 1923 qu’il fonde la compagnie Minxin (民新影片公司), avec ses deux frères Li Haishan (黎海山) et Li Beihai (黎北海).

 

 Dans les années suivantes, ils produisent plusieurs documentaires d’actualité - sur le premier congrès du Guomingdang, en janvier 1924, ainsi que sur les activités du gouvernement de Canton et de son président, Sun Yat-sen, reflétant l’engagement politique de Li Minwei. Par ailleurs, en 1924, à Pékin, il filme plusieurs extraits d’opéras interprétés par Mei Lanfang.    

 

En 1925, de retour à Hong Kong, il réalise avec son frère « Rouge » (《胭脂》), un film adapté du recueil de contes fantastiques de

Pu Songling (蒲松龄), le Liaozhai zhiyi (《聊斋志异》) ;  il y interprète le rôle principal aux côtés de sa seconde épouse Lin Chuchu (林楚楚). 

 

Mais les événements politiques l’obligent bientôt à cesser ses activités. En 1925, une grève partie de Shanghai gagne d’autres provinces chinoises, puis Hong Kong. Cette première grève générale, et la seule de l’histoire de la colonie britannique, dura jusqu’en 1926, paralysant l’économie. De

 

Rouge

nombreux cinéastes abandonnèrent alors Hong Kong ; ce fut le cas de Li Minwei.

 

La Minxin à Shanghai

 

Li Minwei (à g.) avec le chef opérateur

Liang Linguang et le réalisateur

Hou Yao dans les années 1920

 

En 1926, il déménage à Shanghai et s’associe avec Li Yinsheng (李应生), qui avait fait ses études en France, pour créer la Shanghai Minxin (上海民新公司).

 

Le studio tourne avec pour actrices les deux épouses de Li Minwei, Yan Shanshan et Lin Chuchu, et la fille de Li Yingsheng, Li Dandan (李旦旦). Mais, pour la réalisation, Li Minwei fait appel à des personnalités du théâtre et du cinéma, Ouyang Yuqian (欧阳予倩) , Bu Wancang (卜万苍), Hou Yao (侯曜), qui formeront ensuite l’ossature de la compagnie Lianhua. Et, en 1929, il crée une école de cinéma pour former de nouveaux talents (民新影戏专门学校).

 

Jusqu’en 1929, la Minxin produit dix-neuf films qui tranchent sur la production commerciale de l’époque par leur niveau artistique et littéraire. C’est le cas en particulier de « La rose de Pushui » (《西厢记》), réalisé par Hou Yao en 1927, d’après le grand classique de la littérature chinoise qu’est « Le Récit

du Pavillon de l’Ouest » ou Xixiangji. C’est un film novateur à bien des points de vue, qui reflète le goût de Li Minwei pour les innovations techniques.

 

Mais certains films de la Minxin tranchent aussi par leur engagement politique. Ainsi, en 1928, un film sur « l’incident de Jinan » (済南事件) où sont insérées des bandes d’actualités montrant des scènes de massacre est épinglé par la censure japonaise ; il fait perdre à la compagnie ses droits d’exclusivité dans certains cinémas, en particulier dans les concessions étrangères, ce qui entraîne des difficultés financières.

 

Cofondateur de la Lianhua

 

En 1929, Li Minwei s’associe avec Luo Mingyou (罗明佑) dans l’intention de produire « Rêve de printemps dans l’antique capitale » (《故都春梦》) de Sun Yu (孙瑜).  A la tête d’un réseau de salles de cinéma dans le nord de la Chine et à Shanghai, Luo Mingyou a pour ambition d’étendre ses opérations à la production et de donner un nouvel élan au cinéma chinois.

 

La rose de Pushui

 

C’est le premier film de la Lianhua (联华影业公司) qui voit le jour en août 1930 et rassemble, autour de Luo Mingyou, outre la Minxin de Li Minwei, la Dazhonghua Baihe (大中华百合) de Wu Xingzai (吴性栽) ainsi que d’autres petites compagnies. Li Minwei prend la direction du premier studio de la compagnie et produit toute une série de films dans les cinq années qui suivent. Lin Chuchu, quant à elle, devient l’une des stars de la Lianhua.

 

La Lianhua, cependant, est à son apogée en 1935, quand se suicide Ruan Lingyu. La compagnie rencontre des difficultés financières croissantes. En 1936, Luo Mingyou est contraint à la démission, et Li Minwei la quitte à son tour.

 

La guerre et après

 

Li Minwei avec Yan Shanshan et

Lin Chuchu et leurs enfants

 

Il produit encore trois films en reprenant le nom de la Minxin. Mais, en 1937, après le début des hostilités, il se réfugie à Hong Kong, et crée une petite société de production. Après la chute de Hong Kong aux mains des Japonais, en 1941, le studio est détruit. Refusant de coopérer avec les forces japonaises, Li Minwei vend ce qui lui reste, et part avec sa famille se réfugier à Canton, puis au Guangxi où, pour faire vivre tout le monde, il travaille dans un centre culturel (广西省立艺术馆) fondé par l’un des anciens réalisateurs de la Minxin, Ouyang Yuqian. Il y met en scène une pièce de théâtre, « Koxinga » (郑成功) où il fait jouer Lin Chuchu et son fils, Li Keng (黎铿).

 

En 1945, la guerre finie, il revient à Hong Kong où il travaille un temps pour la compagnie Yonghua (永华影业公司), mais doit se retirer pour raison de santé : il est d’atteint d’un cancer. Le nouveau gouvernement chinois lui propose un poste à Pékin

qu’il ne peut cependant accepter car il est déjà très malade.

 

Il meurt le 26 octobre 1953, à l’âge de soixante ans, laissant derrière lui une nombreuse progéniture (2). Lors de ses funérailles est tendue au-dessus de son cercueil une grande bannière où l’on peut lire : « Père du cinéma national » (国片之父”).

 

 

Notes :

(1) Quand la situation se stabilisa, les deux associés créèrent un nouveau studio, la compagnie Xinmin, et engagèrent  Zhang Shichuan (张石川) et Zheng Zhengqiu pour gérer les activités cinématographiques.

(2) Les enfants de la famille Li – Li Minwei, ses deux frères et leurs femmes – ont développé des liens étroits avec le cinéma de Shanghai et de Hong Kong. La fille de Li Haishan Li Zhuozhuo (黎灼灼) est devenue une actrice, débutant à la Lianhua en 1932 dans un film de Bu Wancang, et continuant jusqu’au début des années 1980. Le fils de Li Minwei, Li Keng (黎铿), a débuté dès l’âge de trois ans, devenant une star enfantine, tandis que sa sœur cadette Li Xuan (黎宣) a fait une carrière au théâtre et à la télévision. Sa petite-fille Li Zi (黎姿ou Gigi Lai), enfin, a joué dans un feuilleton très populaire de la télévision de Hong Kong.

 

 

 

 

 

 

 
     
     
     
     
     
     
     
     

 

   

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 



Qui sommes-nous ? - Objectifs et mode d’emploi - Contactez-nous - Liens

 

© ChineseMovies.com.fr. Tous droits réservés.

Conception et réalisation : ZHANG Xiaoqiu