Accueil Actualités Réalisation
Scénario
Films Acteurs Photo, Montage
Musique
Repères historiques Ressources documentaires
 
     
     
 

Metteurs en scène

 
 
 
     
 

Li Ruijun 李睿珺

Né en 1983

Présentation 

par Brigitte Duzan, 13 février 2015, actualisé 22 juillet 2022

 

Li Ruijun est un réalisateur atypique en Chine aujourd’hui : il est soucieux avant tout de préserver le souvenir de son coin de terre natal, en décrivant avec un regard teinté de nostalgie le processus inexorable de disparition d’une vieille culture condamnée par la progression du désert, l’attrait de conditions de vie plus faciles et la disparition des plus âgés, processus aggravé par une politique de développement local qui chasse les paysans de leurs terres.

 

Li Ruijun est né en 1983 à Gaotai, dans le Gansu (甘肃高台). A l’âge de quatorze ans, il commence à étudier la peinture et la musique.

 

En 2003, il sort diplômé de l’Ecole de gestion de l’Administration nationale de la radio, de la télévision et du cinéma (国家广播电影电视总局).

 

Li Ruijun

 

2009 : Premier succès avec « The Old Donkey »

 

The Old Donkey

 

En 2006, il crée son studio : le Li Ruijun Film Studio (李睿珺电影工作室). Puis il réalise son premier long métrage, « Summer Solstice » (《夏至》), qui est sélectionné dans un certain nombre de festivals internationaux, dont le second festival de Pékin en 2007 et le festival de Rotterdam en 2008. Mais il n’est pas totalement réussi.

 

Ce n’est qu’avec son second film, « The Old Donkey » (《老驴头》), que Li Ruijun se profile comme un réalisateur original, avec un style et une thématique propres. En 2009, le projet obtient du Fond Hubert Bals du festival de Rotterdam un soutien au scénario et au développement de projet, puis, en 2010, une aide à la postproduction.

 

Le film traite avec tristesse,et d’un ton critique, le problème qui est celui abordé dans tous ses films par Li Ruijun : celui de la disparition de tout un monde d’anciennes coutumes et

traditions  incapable de survivre aux vieilles gens qui en sont les dépositaires.

 

En 2011, son troisième projet, initialement intitulé “Where ismy home”, fait partie de la sélection du 9ème Hong Kong-Asia Film Financing Forum (HAF), et obtient une aide au scénario et au développement de projet. Adapté de la nouvelle de Su Tong (苏童) « Dites-leur que je suis parti sur le dos de la grue blanche » (《告诉他们我乘白鹤去了》), il sort l’année suivante sous le titre international « Fly with the Crane », tout en conservant le titre chinois de la nouvelle.

 

2012 : adaptation d’une nouvelle de Su Tong

 

C’est à nouveau un regard critique sur la disparition d’une vieille tradition, celle des fabricants de cercueil, mais,bien plus, sur le traumatisme que constitue pour beaucoup, et surtout pour les personnes âgées, l’obligation de se faire incinérer, et de renoncer aux pratiques rituelles liées à l’inhumation dans un coin de terre ancestral. Le film est fidèle à la nouvelle, tout en ajoutant une nuance documentaire au début, qui situe le film dans l’actualité. Il a été remarqué à la Biennale de Venise début septembre 2012.

 

En 2014, après un court métrage qui fait partie d’une série de neuf portraits d’enfants intitulée « One Day » (《有一天》), Li Ruijun réalise un quatrième long métrage, « River Road » (《家在水草丰茂的地方》), présenté d’abord au festival de Tokyo, en octobre, puis en divers autres endroits, avant d’être sélectionné par le festival de Berlin, et présenté en février 2015 dans la section Generation Kplus.

 

2014 : souvenir d’enfance

 

« River Road » est l’histoire de deux frères, filsd’un pasteur nomade yugur, dans le corridor du Hexi. Les pâturages sont en voie de désertification, les nomades sont obligés d’aller de plus en plus loin faire paître leurs bêtes ; les deux enfants sont

 

Fly with the Crane

 

River Road

confiés à leur grand-père et quand il meurt, ils partent avec leurs chameaux à la recherche de leur père, qui est au chevet de leur mère malade. Le film tourne au road movie, dans un paysage dévasté, où l’eau est de plus en plus rare…

 

Le plus jeune des deux frères est l’enfant qui jouait dans « Fly with the Crane », l’autre dans un court métrage antérieur. Li Ruijun nous livre un souvenir d’enfance. Il n’en finit pas de nous raconter son coin de terre, et une culture qui disparaît. Ses films ont le cachet de l’authenticité.

 

2017 : Walking Past the Future

 

En 2017, son long métrage, « Walking Past the Future » (《路过未来》), est présenté dans la section « Un Certain Regard » du festival de Cannes. Dans ce film, Yang Yaoting (杨耀婷) est une jeune femme dont les parents reviennent dans leur village natal, dans le Gansu, après avoir été licenciés dans l’usine où ils travaillaient, à Shenzhen. Mais la vie du village a complètement changé depuis qu’ils l’ont quitté 25 ans auparavant, si bien que Yaoting décide de revenir travailler à Shenzhen pour aider ses parents. Elle décide de participer à des tests médicaux qui se révèlent désastreux.

 

Le film n’a pas été particulièrement remarqué à Cannes. Il est sorti en mai 2018 en Chine continentale, mais dans des conditions confidentielles.

 

Après cette critique du rêve fallacieux de la grande ville, pour son film suivant, « Return to Dust » (隐入尘烟), Li Ruijun

 

Walking Past the Future

est revenu au Gansu et à ses sources plus habituelles, avec leur aura de fables rurales.

 

2022 : Return to Dust

 

Return to Dust

 

Le film est sorti à la 72ème édition de la Berlinale, en février 2022. « Return to Dust » est une histoire poétique de mariage arrangé qui finalement tourne bien. Les deux protagonistes, Ma Youtie (马有铁) et Guiying (贵英), sont tous les deux d’âge moyen, et, étant seuls, sont à la charge de leur famille qui les marie pour s’en débarrasser. Ils sont tous les deux au bas de l’échelle sociale du village, mais c’est justement ce qui les rapproche.

 

Les premières critiques du film à Berlin ont souligné l’émotion contenue qui se dégage du film, où l’on retrouve les caractéristiques des premiers films du réalisateur.

 

 

Return to Dust, international trailer

 

Return to Dust, clip Berlinale 1

 

Return to Dust, clip Berlinale 2

 

Return to Dust, clip Berlinale 3

 

 


 

Filmographie

 

2006 Summer Solstice 《夏至》

2009 The Old Donkey 《老驴头》

2012 Fly With the Crane 《告诉他们,我乘白鹤去了》

2014 River Road 《家在水草丰茂的地方》

2014 One Day 《有一天》 (court métrage)

2017 Walking Past the Future 《路过未来》

2022 Return to Dust 隐入尘烟

 

 

     

 

 

 

 

 
     
     
     
     
     
     
     
     

 

   

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 



Qui sommes-nous ? - Objectifs et mode d’emploi - Contactez-nous - Liens

 

© ChineseMovies.com.fr. Tous droits réservés.

Conception et réalisation : ZHANG Xiaoqiu