Accueil Actualités Réalisation
Scénario
Films Acteurs Photo, Montage
Musique
Repères historiques Ressources documentaires
 
     
     
 

Metteurs en scène

 
 
 
     
 

Lu Yang 路阳

Présentation

par Brigitte Duzan, 17 mai 2015

 

Lu Yang (路阳) est un nouveau-venu original dans le paysage cinématographique chinois des années 2010 : il est metteur en scène par vocation et reconversion ; c’est chez lui un choix délibéré et réfléchi.

 

Il est l’un des rares réalisateurs en Chine aujourd’hui qui, sans être indépendant, continue à tourner obstinément avec des exigences artistiques sur lesquelles il n’est pas prêt à transiger. Ses films restent confidentiels, mais, en 2014, son troisième film lui a enfin valu un début de reconnaissance. Il est considéré comme « le talent hors normes de la nouvelle génération » (新一代鬼才导演).

 

Ingénieur reconverti

 

De l’industrie au cinéma

 

Lu Yang

 

Lu Yang a commencé par faire des études d’ingénieur, et, une fois son diplôme obtenu, à travailler en tant que tel. Mais il ressentait une aversion croissante pour son travail, et le désir croissant, en parallèle, de se consacrer au cinéma.

 

Snow in the Wind

 

Il a finalement franchi le pas en se présentant au concours d’entrée à l’Institut du cinéma de Pékin, dont il est sorti en 2007, après trois années difficiles, passées surtout à de poser des questions, en se sentant en décalage avec les autres étudiants.

 

Pendant sa première année d’étude, en 2005, il est assistant du réalisateur Yang Yazhou (杨亚洲), sur le tournage de « Snow in the Wind » (《雪花那个飘》) – l’histoire d’une jeune villageoise tellement passionnée de cinéma qu’elle se marie avec un projectionniste. Sorti en 2006, le film obtiendra le prix spécial du jury au festival de Montréal. Il est produit par le studio de Xi’an (西安电影制片厂), et ce premier contact sera déterminant pour la suite de la carrière de Lu Yang.  

 

Cette même année 2005, Lu Yang réalise deux courts métrages : « Les ponts de Suzhou » (《苏州桥》) et « Une heureuse existence » (《幸福生活》), suivis de deux autres

l’année suivante, dont l’un – « Retour à la maison » (《回家》) – obtient le premier prix au festival des établissements d’enseignement supérieur de Chine (全国高校影像展一等奖).

 

Scénarios de séries télévisées

 

A la fin de ses études, Lu Yang se tourne vers l’écriture de scénarios pour des séries télévisées, essentiellement des séries d’espionnage et contre-espionnage : en 2007, il écrit celui de la série « Counter Strike » (《反恐精英》), et en 2008, la série en 34 épisodes  « La brèche de 1949 » (《天堑1949) dont il est également directeur exécutif.

 

En 2010, il signe encore un scénario pour une série d’espionnage, en trente épisodes, mais, au début de l’année, il décide de franchir le pas et de passer à la réalisation de films.

 

Débuts au cinéma

 

Sans se laisser démonter par les opinions divergentes et les critiques, et en particulier celles de son père, Lu Yang prépare et réalise son premier film selon ses propres idées et critères.

 

Premier film : début de notoriété

 

Ce premier film – « My Spectacular Theatre » (《盲人电影院》) - est d’abord une idée originale de scénario, écrit avec sa coscénariste Chen Shu (陈舒), née en 1982 et diplômée de l’Institut central d’art dramatique.

 

L’histoire est celle d’un jeune sans emploi, vendeur de DVD piratés, nommé Chen Yu (陈语), qui, pour échapper à la police qui le poursuit, se réfugie dans un cinéma. Or il s’agit d’un cinéma pour aveugles, qui a été fondé par un vieil homme, le vieux Gao (老高), dont l’épouse était aveugle. Il continue à y passer des vieux films américains en noir et blanc pour un petit groupe de fidèles du quartier.

 

My Spectacular Theatre

 

Chen Shu

 

Il embauche Chen Yu pour lui servir de projectionniste et traducteur. Le salaire est très bas, mais, quand Chen Yu réalise que le vieux Gao est atteint de la maladie d’Alzheimer, il décide de rester et de prendre sa suite en continuant à assurer la gestion du cinéma.

 

Le film dépeint la vie des spectateurs dont le cinéma est le grand divertissement, dont une petite vendeuse qui feint la cécité et ne vient là que pour voir Chen Yu dont elle est amoureuse. En fait, le cinéma s’avère être bien plus qu’un divertissement, c’est pour ces aveugles le moyen par lequel ils communiquent leurs émotions et, en même temps, le dépositaire de souvenirs du passé. Leur rapport au cinéma, par la voix et le son, est finalement bien plus profond que celui de la plupart des spectateurs [1].

 

 

Le film a été produit par le studio de Xi’an et soutenu par Tian Zhuanzhuang (田壮壮). Les acteurs sont excellents, dont, dans le rôle du vieux Gao, l’acteur taïwanais Chin Chi-Chieh (金士杰). Le film a reçu un très bon accueil : il a obtenu le prix du public au Festival de Busan en octobre 2010, puis le prix du meilleur premier film au Festival du Coq d’or, en septembre 2011.

 

Le succès donne confiance à Lu Yang et l’incite à continuer. Mais ce qu’il veut désormais réaliser, c’est le film auquel il songe dès le début : un wuxiapian !

 

Second film en attendant…

 

Il commence tout de suite à se mettre en campagne pour trouver un producteur et le financement… Malheureusement, le wuxiapian n’est plus à la mode, audébut des années 2010 en Chine, ni les films « en costumes » (古装片), comme disent les Chinois, c’est-à-dire ceux qui se passent sous une lointaine

 

Chin Chi-Chieh sur le tournage

de “My Spectacular Theatre”

 

A Motor Home Adventure

 

dynastie. Surtout dans le style classique, sans excès d’effets spéciaux, qu’envisage Lu Yang.

 

En désespoir de cause, il réalise un autre film, une sorte de road movie plein d’humour dans un style totalement différent du premier : « A Motor Home Adventure » (房车奇遇), dont le scénario est à nouveau coécrit avec Chen Shu.

 

L’histoire est celle du président tyrannique d’une société leader sur le marché des parfums et cosmétiques, Xu Zhaohui (徐朝晖), qui est un jour diagnostiqué comme étant atteint de leucémie. La nouvelle de sa maladie fragilise son autorité ; le personnel se rebelle contre ses diktats, et ses concurrents se liguent contre lui pour le renverser. Son seul espoir, pour sauver son entreprise, est de guérir, mais, pour cela, il a besoin d’une greffe de moelle ; or, il n’a pas de famille. C’est alors que sa secrétairea l’idée géniale : aller rendre visite à la dizaine de femmes qu’il a connues dans sa vie pour voir si l’une d’entre elles n’aurait pas eu un enfant…

 

Le film est produit en 2012, mais ne sort que deux ans plus tard. Il a entre-temps enfin réussi à réaliser son wuxiapian, qui sort en août 2014…

 

Brotherhood of Blades et après

 

La reconnaissance par le wuxia

 

Ce wuxiapian, c’est « Brotherhood of Blades » (《绣春刀》), et c’est une réussite, dans un style qui renoue brillamment avec les grands classiques du genre : les films de King Hu, bien sûr, mais aussi les grands romans qui ont défini le genre, avec leurs thèmes d’amitié, de loyauté et de revanche qui sont ici au cœur du scénario. En même temps, c’est un film d’un réalisme moderne, où les valeurs morales sont allègrement battues en brèche, et où les héros ont tous leurs faiblesses.

 

« Brotherhood of Blades » reflète l’amour de Lu Yang pour les films historiques, et l’étendue de sa culture cinématographique. Les références sont multiples. Mais l’histoire est inspirée d’un fait historique réel : la chute du tout puissant eunuque Wei Zhongxian (魏忠贤) en 1627, à l’avènement du jeune empereur Chongzhen (崇祯), dernier empereur de la dynastie des Ming.

 

Lu Yang a travaillé sur le film dès 2011, en élaborant le

 

Brotherhood of Blades

scénario avec sa coscénariste désormais habituelle, Chen Shu. Mais personne ne voulait financer un film dont le genre n’avait plus les faveurs du « marché ». Finalement, c’est en inversant les procédures que Lu Yang a fini par débloquer le financement : il a d’abord obtenu, pour interpréter le rôle principal, l’accord de l’acteur taïwanais Chang Chen (张震), favorablement impressionné par le scénario.

 

Au total, Lu Yang a bénéficié d’un budget de 30 millions de yuans, soit 4,25 millions d’euros, apportés par nul autre que… China Film. Il est dommage que le groupe n’ait pas ensuite accompagné la sortie du film sur les écrans chinois d’une campagne publicitaire et promotionnelle adéquate. Le film a surtout brillé dans quelques festivals étrangers, à commencer par celui de Busan en octobre 2014 [2]. A sa sortie en Chine, il n’a eu droit qu’à 3% des écrans… réussissant quand même à rapporter plus de trois fois le montant du budget au box office, en grande partie grâce au bouche à oreille.

 

Interviewé à la sortie du film [3], Lu Yang s’est moqué avec humour de ce système commercial, qui est en train de ruiner le cinéma chinois :

 

在中国,电影是一种奇怪的消费品我们每个人都会介意花钱吃到难吃的餐厅,买到质量不佳的衣服,唯独不介意并且愿意毫不吝啬地为一部又一部烂片掏钱,以及花费时间。而在此之后,吐槽烂片的社交风潮本身又成为扩大烂片影响力的助推器,拍烂片、看烂片、骂烂片已经构成了一条成熟的流水线。

En Chine, un film est un produit de consommation bizarre – tout le monde renâcle à gaspiller son argent sur de la mauvaise bouffe ou des vêtements de mauvaise qualité, la seule chose qui ne gêne personne, c’est de dépenser sans compter son temps et son argent sur un film pourri après l’autre. Après quoi le cri général pour cracher sur un mauvais film est son meilleur outil promotionnel. Le processus séquentiel « Tourner des films pourris, aller voir des films pourris, et maudire les films pourris » est devenu une chaîne de production parfaitement au point.

 

On peut espérer que le succès de « Brotherhood of Blades » lui facilite au moins le financement de son prochain film. Lu Yang a fait la preuve de ce qu’il sait faire.

 

La popularité par la télévision

 

Princesse Jieyou

 

En attendant, il a réalisé une série télévisée en 45 épisodes, qui sera diffusée en août 2015 : « Princess Jieyou » (解忧公主). C’est un film historique, situé à l’époque de l’empereur Wudi des Han (汉武帝 - 141-87 avant Jésus-Christ). Il met en scène l’histoire de la princesse Jieyou, donnée en mariage en l’an 105 avant JC au roi des Wusun (乌孙) pour sceller une alliance entre la dynastie des Han et ces tribus nomades du bassin du Tarim. Le film la dépeint selon l’historiographie officielle, heureuse dans son mariage, et diffusant la culture chinoise dans les steppes tout en favorisant les échanges culturels.

 

C’est peut-être la meilleure façon de faire connaître Lu Yang et de le rendre populaire auprès du public chinois, stratégie comme une autre pour forcer l’accès aux salles de ses prochains films.

 

 

 

Filmographie

(en tant que réalisateur)

 

Au cinéma, longs métrages

2014 Brotherhood of Blades 《绣春刀》

2014 A Motor Home Adventure 房车奇遇

2010 My Spectacular Theatre 《盲人电影院》

 

A la télévision

2015 Princess Jieyou解忧公主 (Série en 45 épisodes)

 


 


[1] On trouvedans ce film une approche originale du monde des aveugles qui rappelle Tuina (《推拿》), le roman de Bi Feiyu (毕飞宇) publié aussi en 2010.

Voir : www.chinese-shortstories.com/Auteurs_de_a_z_BiFeiyu.htm

[2] C’est aussi l’un des films figurant au programme du Festival du cinéma chinois en France, en mai 2015, ce qui tendrait à montrer qu’il est considéré par China Film comme un bon produit d’exportation.

[3] Interview réalisée par le Southern Weekly (Nanduzhoukan 南都周刊) le 29 août 2014 :

www.nbweekly.com/culture/arts/201408/37311.aspx

 

 

 

 

 

 

 
     
     
     
     
     
     
     
     

 

   

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 



Qui sommes-nous ? - Objectifs et mode d’emploi - Contactez-nous - Liens

 

© ChineseMovies.com.fr. Tous droits réservés.

Conception et réalisation : ZHANG Xiaoqiu