Accueil Actualités Réalisation
Scénario
Films Acteurs Photo, Montage
Musique
Repères historiques Ressources documentaires
 
     
     
 

Metteurs en scène

 
 
 
     
 

Mi Jiashan 米家山

Présentation

par Brigitte Duzan, 16 février 2017

 

Mi Jiashan est un réalisateur essentiellement connu pour son film de 1988 « The Trouble-shooters » (《顽主》) qui, adapté d’un roman de Wang Shuo, annonce les films de la décennie suivante ironisant sur les débuts de « l’économie culturelle » et de la recherche du profit dans un secteur dont l’objet essentiel n’est pas forcément d’en réaliser.

 

Etudes pendant la Révolution culturelle

 

Mi Jiashan (米家山) est né en mai 1947 dans le Shanxi. En 1968 il va travailler dans une

 

Mi Jiashan

ferme dans le Sichuan et, pendant les années 1970 de la Révolution culturelle, est admis à l’université

 

Song in the Whirlpool

 

du Shanxi, dans la section des Beaux-arts. A la fin de ces premières études, en septembre 1975, il est affecté au studio Emei (峨眉电影制片厂), au Sichuan, comme directeur artistique assistant. Il y coécrit avec Liu Zinong le scénario d’un film sorti en 1981, « Song in the Whirlpool » (ou « Chant dans le tourbillon » (《漩涡里的歌》), coréalisé par Liu Zinong et Wu Lan (刘子农、乌兰).

 

Puis, de 1983 à 1985, il étudiela réalisation à l’Institut du cinéma de Pékin et, à sa sortie, revient au studio Emei où il commence par réaliser deux films télévisés.

 

Il fait ensuite ses véritables débuts de réalisateuren coréalisant avec Han Sanping (韩三平) le film « Horizon sans fin » (《不沉的地平线》) sorti en 1987.

 

The Trouble-shooters 

 

L’année suivante, son premier film réalisé seul le rend célèbre: c’est « The Trouble-shooters » (《顽主》) qui arrive comme un ovni dans le paysage cinématographique chinois de l’époque.

 

« The Trouble-shooters » est sans doute le plus fidèle des quatre films adaptés de Wang Shuo (王朔), tous en même temps, fin 1988-début 1989, ce qu’on a appelé la « fièvre Wang Shuo » [1]. Le succès du film tient d’abord à un scénario qui reprend jusqu’aux expressions typiques de l’auteur, basées sur l’argot des rues de Pékin, l’autre atout du film étant ses interprètes: les acteurs Zhang Guoli (张国立), Ge You (葛优) et Liang Tian (梁天), et les actrices Wang Xiaoqing (马晓晴) et Pan Hong (潘虹) [2].

 

L’histoire est celle d’un trio de jeunes qui montent une société pour faire de la promotion d’œuvres littéraires populaires, et commencent pour cela par créer un prix, en organisant pour le lauréat un show digne du gala de fin d’année de CCTV.

 

The Trouble-Shooters, avec Zhang Guoli

(en haut), Ge You (à dr.), Liang Tian (à g.) et l’actrice Wang Xiaoqing en bas

 

Ce que le film annonce, en s’en moquant, c’est le début, en Chine, de « l’industrie culturelle » qui va se développer dans les années 1990 mais émerge déjà à la fin des années 1980. L’épisode du prix littéraire, dans le film, est une satire de la distinction entre haute et basse culture, la seconde étant montée en épingle pour les profits que l’on peut en escompter – ce qui est doublement ironique, car Wang Shuo est l’un de ceux, justement, qui ont promu une littérature dénoncée comme vulgaire et en ont profité.

 

Mi Jiashan à la sortie du film avec quatre

des interprètes de Trouble-Shooters

 

Dans le film, l’auteur n’en a pas du tout honte de ce qu’il écrit, mais il rêve de la reconnaissance des pouvoirs en place, et des critiques en premier lieu. Son nom même – Zhiqing (知青) - évoque ironiquement les « jeunes instruits » de retour en ville dont les œuvres s’inscrivent dans le très sérieux mouvement de « recherche de racines » (寻根文学) alors à la mode.

 

Les pseudo trois entrepreneurs brouillent encore les frontières et les pistes en organisant un défilé de mode – typiquement

consumériste et nouveau à l’époque - dans le cadre de la cérémonie du prix littéraire, en faisant défiler des personnages d’opéra traditionnel et du théâtre moderne. Après quoi ils s’intéressent au cinéma. Yu Guan (于观), interprété par Wang Xueqi, prend un job de stuntman, en risquant sa vie pour faire un film « aussi bien que ceux de Hong Kong ». Autre clin d’œil, vers le cinéma populaire cette fois.  

 

Mais - contrairement à Wang Shuo – les trois trublions (d’où le titre) n’arrivent pas à tirer des profits de leurs entreprises. Ils font faillite et finissent sans emploi. Tout rentre dans les normes. La résistance aux changements de modes de vie est soulignée dans la chanson du film, par le chanteur de rock et futur producteur Wang Di (王帝): je rêvais d’une vie urbaine moderne, mais je ne sais plus où j’en suis // il y a de plus en plus de gratte-ciel, il est difficile de vivre ici

 

Mi Jiashan emprunte à Wang Shuo ses personnages, leur langue déliée, leur attitude rebelle, mais on ne sent pas chez lui la sympathie du romancier pour ces jeunes qui sont ses alter

 

Mi Jiashan avec Pan Hong

ego. Mi Jiashan ne vient pas du même milieu, son ironie est grinçante. 

 

The Trouble-shooters

 

Le film a catapulté Mi Jiashan au rang des réalisateurs pleins de promesses, comme il a également propulsé Ge You sur le devant de la scène, mais, un peu comme dans le film, ce n’est pas Mi Jiashan qui va profiter de ses retombées. C’est Feng Xiaogang (冯小刚) qui va reprendre le thème, et l’association avec Wang Shuo: son « Dream Factory » (《甲方乙方》), en 1997, reprend les principaux éléments du scénario de « Trouble-shooters », de même que « Big Shot’s Funeral » (《大腕》), en 2001, est une version actualisée et transposée en funérailles du grand show du prix littéraire, avec un Ge You (葛优) éblouissant, devenu emblématique.

 

Finalement, « The Trouble-shooters » apparaît comme l’image même de la carrière de Mi Jiashan : une bonne idée dont il n’a pas su, ou pu, profiter. Le film semble même avoir été désastreux pour son mariage….

 

Un réalisateur à la recherche de lui-même

 

Cradle on Wheels

 

En 1990, il réalise un film policier, « Enigma at St Paul’s Hospital » (《圣保罗医院之谜》), puis, l’année suivante, crée une société de publicité tout en continuant à travailler au studio Emei. 

 

En 1994, il sort un autre film qui le fait remarquer : « Cradle on Wheels » (《带轱辘的摇篮》), avec Wang Xueqi (王学圻) dans le rôle principal. Mais, après ce film, il se tourne vers la réalisation de films pour la télévision, puis, à partir de 1998, vers le film publicitaire.

 

Il revient vers le cinéma en 2005 pour tourner une coproduction sino-coréenne, « L’amour à 30° de latitude nord » (《爱在北纬30度》). Il poursuit en 2009 avec le tournage d’une série télévisée en trente épisodes, diffusée en novembre 2011, « Fleurs jaunes sur le champ de bataille » (《战地黄花》).

 

Il a 70 ans aujourd’hui (en 2017) ….

 

Eléments bibliographiques

sur Mi Jiashan et « The Trouble-shooters » 

 

Culture in the Contemporary PRC, Michel Hocks, Julia Strauss, Cambridge University Press 2005, p. 34

Young Rebels in Contemporary Chinese cinema, par Zhou Xuelin, Hong Kong University Press 2007,p. 61-62

 

 

 

[1] Sur Wang Shuo et les adaptations de ses récits, voir :

http://www.chinese-shortstories.com/Auteurs_de_a_z_Wang_Shuo.htm

[2] Pan Hong était l’épouse du réalisateur, mais ils ont divorcé avant la sortie du film.

 

 

 

 

 

 

 
     
     
     
     
     
     
     
     

 

   

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 



Qui sommes-nous ? - Objectifs et mode d’emploi - Contactez-nous - Liens

 

© ChineseMovies.com.fr. Tous droits réservés.

Conception et réalisation : ZHANG Xiaoqiu