Accueil Actualités Réalisation
Scénario
Films Acteurs Photo, Montage
Musique
Repères historiques Ressources documentaires
 
     
     
 

Metteurs en scène

 
 
 
     
 

Sonthar Gyal 松太加

Portrait rapide

par Brigitte Duzan, 9 octobre 2011, actualisé 1er novembre 2016

 

Sonthar Gyal est né en 1974 dans le Qinghai, à Tongde (同德县), dans la région autonome tibétaine de Hainan (青海海南藏族自治州). Il a fait des études de beaux-arts à l’institut de formation pédagogique du Qinghai (青海师范大学), puis est entré à l’Académie du cinéma de Pékin. Il a commencé à peindre en 1994, et a réalisé une cinquantaine de peintures regroupées en diverses séries : série de la vie (《生命系列》), série rouge (红色系列》), etc… 

 

Directeur de la photo de Pema Tseden

 

C’est en 2002 qu’il a commencé sa carrière cinématographique, comme directeur de la photo et directeur artistique d’une série de films et documentaires produits par la société Beijing Himalaya Audio & Visual Culture Communication, dont des documentaires sur des temples et des moines célèbres.

 

Sonthar Gyal

   

Peinture de Sonthar Gyal

 

Il a acquis une première notoriété en 2005 grâce à sa collaboration avec Pema Tseden pour « Le silence des pierres sacrées » (《静静的嘛呢石》), après deux documentaires avec ce dernier, « La plaine » et « Le dernier shaman »  (littéralement «’le dernier maître de la grêle’) : (《草原》 et 《最后的防雹师》).   

 

 

Réalisateur        

 

Il a ensuite formé avec Pema Tseden et le directeur du son Dukar Tserang (德格才让) un trio inséparable que l’on retrouve dans l’équipe de son premier long métrage en tant que réalisateur, « The Sun Beaten Path » (《太阳总在左边》), Pema Tseden étant là directeur artistique.

 

En février 2015, le second film de Sonthar Gyal - « River » (《河》) - figure parmi les films en compétition dans la section Generation Kplus de la 65ème Berlinale.

 

« River » se passe dans le Qinghai, et plus exactement dans le district de Tongde (同德县), dont Sonthar Gyal est originaire et où se situait déjà son premier film. Comme Pema Tseden, il a grandi dans une famille de bergers, et c’est la vie d’une famille de ce genre, vue à travers les yeux de leur petite fille, qui lui a inspiré le sujet de son film.  

 

L’enfant s’appelle Yangchan Lhamo ; elle n’a pour tout compagnon qu’un ours en peluche, mais ne voit pas d’un bon œil le petit frère ou la petite sœur que sa mère, enceinte, lui promet pour bientôt. Son père emmène toute la famille et son troupeau dans les pâturages d’été, où une brebis est tuée par un loup ; reste un petit agneau qui devient la mascotte de l’enfant et égaie sa solitude. 

 

River

 

Sonthar Gyal préparant le tournage,

avec la petite Yangchan Lhamo

 

Elle constate, sans trop comprendre, les rapports difficiles de son père avec son grand-père, lama qui s’est retiré vivre

dans la montagne en ermite – énigme qui sera levée sans que cela soit finalement très important. L’important est plutôt la peinture de cette vie pastorale prise sur le vif, comme dans un documentaire, et ce d’autant plus que les acteurs sont non professionnels.

 

Le film a été tourné sur trois ans, et trois saisons différentes ; il tient beaucoup à la personnalité de l’enfant, mais aussi à la

photographie des paysages et à la musique qui accompagne le tout, les deux étant signées des mêmes artistes que dans le film précédent de Sonthar Gyal : Wang Meng (王猛) pour la photo et Dukar Tserang pour la musique.

 

La première génération du cinéma tibétain est en phase de maturation.

 

En septembre 2016, Sonthar Gyal a par ailleurs été l’un des principaux participants au lancement d’une base de production de films tibétains dans son district de Tongde : Garuda Media.

 

 

 

 

 

 
     
     
     
     
     
     
     
     

 

   

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 



Qui sommes-nous ? - Objectifs et mode d’emploi - Contactez-nous - Liens

 

© ChineseMovies.com.fr. Tous droits réservés.

Conception et réalisation : ZHANG Xiaoqiu