Accueil Actualités Réalisation
Scénario
Films Acteurs Photo, Montage
Musique
Repères historiques Ressources documentaires
 
     
     
 

Metteurs en scène

 
 
 
     
 

Wang Haowei 王好为

Présentation

par Brigitte Duzan, 24 novembre 2018

 

Née à Chongqing en 1940, Wang Haowei (王好为) est une réalisatrice renommée et prolifique de la quatrième génération, génération réellement sacrifiée car c’est celle des jeunes qui ont terminé leurs études peu de temps avant la Révolution culturelle. Wang Haowei n’a pu réaliser son premier film qu’en 1979.

 

Elle a pourtant commencé sa carrière dès l’enfance en jouant un petit rôle au cinéma. Au collège, elle a continué des activités de théâtre, comme actrice mais aussi metteuse en scène.

 

En 1958, elle entre à l’Institut du cinéma de Pékin dont elle sort diplômée en 1962. Elle commence alors comme scripte puis assistante réalisatrice au studio de Pékin, studio où elle va tourner la majorité de ses films. Les deux premiers films auxquels elle collabore sont le film d’opéra « Yang Naiwu et

 

Wang Haowei à ses débuts

Xiao Baicai » (《杨乃武和小白菜》) en 1962 et « L’esprit du dragon-cheval » (《龙马精神》) en 1965. 

 

Il lui faut ensuite attendre la fin de la Révolution culturelle pour pouvoir recommencer à tourner. Elle est d’abord, en 1975, assistante de Chen Huaikai (陈怀皑) et Qian Jiang (钱江) pour le tournage de l’un des grands classiques de la fin de la Révolution culturelle : « Haixia » (《海霞》), adapté du roman de Li Ruqing (黎汝清) « Les miliciennes de l’île » (《海岛女民兵》).

 

En 1976, elle coréalise « Bright Ocean Pearl » (《海上明珠》) avec Lin Yang (林扬). Puis, à partir de 1979, elle réalise des films avec son mari Li Chensheng (李晨声) comme chef opérateur.

 

Une comédie

 

What a Family, 1979

 

C’est en 1979, en effet, qu’elle réalise son premier film seule : « What a Family » (《瞧这一家子》), sur un scénario écrit par un scénariste du studio de Pékin, Lin Li (林力). C’est un film qui relate la vie d’une famille pékinoise ordinaire à travers le conflit entre deux générations, père et fils, mais sur un mode humoristique. C’est l’une des rares comédies réalisées après la Révolution culturelle.

 

Liu Xiaoqing (刘晓庆) interprète avec brio le rôle d’une vendeuse qui lui a valu la même année le prix des Cent Fleurs de la meilleure actrice

dans un second rôle. Le film a également obtenu le prix du meilleur film décerné par le ministère chinois de la Culture. 

 

Par la suite, dans les années du boom économique, les acteurs interprétant le père et le fils, Chen Qiang (陈强) [1] et Chen Peisi (陈佩斯), qui jouaient pour la première fois ensemble dans le film de Wang Haowei, ont tourné des comédies ensemble, sur le thème « Il est glorieux de s’enrichir ».

 

What a Family

 

Wang Haowei alterne ensuite sujets ruraux et sujets urbains.

 

L’amour à la campagne

 

En 1981, « The Invisible Web » (《潜网》), de nouveau avec Liu Xiaoqing, est une critique de l’inégalité des jeunes devant le mariage, les jeunes filles étant prises dans une « toile invisible ». C’est le même sujet qu’elle reprend dans l’un de ses films les plus célèbres, réalisé en 1983 : « Ormosia from the North » (《北国红豆》), adapté d’un roman de l’écrivaine Qiao Xuezhu (乔雪竹), Beiguo Hongdou Yexiangsi (《北国红豆也相思》), et interprété par le duo de grands acteurs Liu Xiaoqing et Zhang Guoming (张国民).

 

La jeune Lu Xuezhi (鲁雪枝) quitte sa ville natale pour aller vivre avec sa sœur aînée dans les montagnes du Daxing’anling (大 兴安岭), dans le nord du Heilongjiang, où elle trouve à s’embaucher comme cuisinière dans une scierie. Elle travaille dur, et s’éprend d’un travailleur honnête. Mais son beau-frère n’approuve pas leur liaison et s’oppose à leur mariage. Avec l’aide du professeur Jiang Youlin (江有林), Xuezhi décide de gagner son indépendance, mais elle devient de plus en plus attachée à Youlin, et se retrouve dans une grande confusion de sentiments.

 

Outre l’interprétation, le film est remarquable pour la photographie des montagnes enneigées du grand Nord.

 

Destructions de la vieille ville de Pékin

 

Avec « Sunset Street » (《夕照街》) en 1983, elle revient vers un sujet urbain pour brosser une peinture de la vie quotidienne à Pékin au début des années 1980. Cette « rue du crépuscule » est une allée abandonnée à la veille de sa démolition, auxquels les habitants sont viscéralement attachés, et qui expriment leur tristesse de devoir la quitter, nostalgie du passé cependant contrebalancée par la joie d’aller vivre dans un quartier neuf. Toute l’ambiguïté de leurs sentiments est annoncée dans le titre, qui évoque le déclin de la vieille ville de Pékin et du mode de vie qui lui était lié, allusion, comme l’a remarqué Yom Braester, à un adage populaire 

 

Sunset Street, 1983

exprimé dans un poème de la fin des Tang de Li Shangyin (李商隐) [2] :

          夕阳无限好, 只是近黄昏

Le soleil couchant est d’une infinie beauté,

mais tout proche du crépuscule.

 

Yom Braester explique que le poème est en fait lié à l’histoire de rénovation urbaine de Pékin : le vers a été cité par Zhou Enlai en réponse à une lettre de Liang Sicheng (梁思成) le mettant en garde contre la démolition des murailles et des tours d’enceinte de la capitale [3].

 

Le film dépeint, avec toute l’ambiguïté des habitants partagés entre regrets et espoirs, ce moment charnière de l’histoire de la ville, où le redéveloppement urbain sacrifie les vestiges de la vieille ville, selon le principe que le changement est inévitable, qu’il est porté par la « vague de l’époque » (时代的潮流), concept aussi vieux que le temps qui a présidé aux destructions urbaines en Chine, encore aujourd’hui. Mais le film a en fait été tourné avant que la politique de destruction massive ait été entreprise, et le scénario a été censuré et révisé pour supprimer, en particulier, les gros plans sur le bulldozer détruisant les maisons [4].

 

Sunset Street 《夕照街》

 

Retour à la campagne

 

 

Looking for the Devil, 1988

 

 « A Fascinating Musical Band » (《迷人的乐队》), en 1985, est une autre histoire d’amour à la campagne. Wang Haowei continue sur ce thème dans ses trois films suivants, en 1986-87, en analysant plus précisément la vie au village soumise aux retombées des changements socio-politiques du moment, dont, en 1986, « The Broken Promise » (《失信的村庄》).

 

En 1988, elle coréalise un film original avec le réalisateur ouïghour Qika Kuerban (齐卡·库尔班) : une histoire d’aventure « en costume » qui se passe « la 3ème année de l’ère Yongzheng » (雍正三年), soit en 1725, dans le nord-ouest de la Chine : « Looking for the Devil » (《寻找魔鬼》). 

 

 

C’est l’année suivante, en 1989, que Wang Haowei adapte la nouvelle de Tie Ning (铁凝) « O Neige parfumée » (哦,香雪) qui dépeint une jeune villageoise avide de découvrir le monde. Le film est sorti en Chine en décembre 1989, et en première mondiale en février 1991 dans la section Kinderfilmfest 14plus de la 41e Berlinale. Le rôle principal de Xiangxue (香雪) est interprété par Xue Bai (薛白), l’actrice qui interprète le rôle de Cuiqiao dans « La Terre jaune » (《黄土地》).

 

O Xiangxue, 1989

 

O Xiangxue, 1989

 

 

Pour son film suivant, « Divorce » (《离婚》) en 1992, la réalisatrice adapte une nouvelle éponyme de Lao She, parue en 1933.

 

 

Divorce, 1992

 

La même année, elle coréalise une comédie avec Li Chensheng, puis réalise un documentaire sur Lao She, suivi de deux films télévisés. Elle doit attendre 1999 pour sortir un autre film, « Yusi, un homme capable » (《能人于四》), également une comédie. Elle se consacre par la suite à la production et la réalisation de films télévisés. Mais, en 2015, elle a encore coréalisé un film d’opéra : « Dragon and Phoenix Bring Prosperity » (《龙凤呈祥》).

 

 

Filmographie complète : https://baike.baidu.com/item/%E7%8E%8B%E5%A5%BD%E4%B8%BA

 

 

 


[1] Chen Qiang (1918-2012) a commencé comme acteur de théâtre, en particulier dans « La Fille aux cheveux blancs » (《白毛女》) en 1945. Il était l’un des interprètes du film de Sang Hu (桑弧) « Les aventures d’un magicien » (术师的奇遇), en 1962, et, en 1976, du film « Bright Ocean Pearl » (《海上明珠》).

[2] Li Shangyin, ou Li Yishan, 812-858, poète du déclin de la dynastie des Tang, après la rébellion d’An Lushan. Le vers cité est le second d’un poème intitulé « En montant au Leyouyuan » (《登乐游原》)

[3] Voir la biographie de son épouse Lin Huiyin :

http://www.chinese-shortstories.com/Auteurs_de_a_z_LinHuiyin.htm

[4] Voir Painting the City Red : Chinese Cinema and the Urban Contract, Yomi Braester, Duke University Press, 2010, chap. 6, pp. 237-240.

 

 

 

     

 

 

 

 
     
     
     
     
     
     
     
     

 

   

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 



Qui sommes-nous ? - Objectifs et mode d’emploi - Contactez-nous - Liens

 

© ChineseMovies.com.fr. Tous droits réservés.

Conception et réalisation : ZHANG Xiaoqiu