Accueil Actualités Réalisation
Scénario
Films Acteurs Photo, Montage
Musique
Repères historiques Ressources documentaires
 
     
     
 

Metteurs en scène

 
 
 
     
 

Wang Quan’an 王全安

Portrait rapide

par Brigitte Duzan, 11 février 2012

 

Wang Quan’an (王全安) est né  à Yan'an, dans le Shaanxi, en 1965.

 

Il est d’abord attiré par la peinture, mais, après quelques péripéties, s’engage comme acteur dans une troupe de danse avec laquelle il parcourt le pays, et participe même à des tournées à l’étranger à partir de 1980.

 

Après des études d'acteur à l'Académie du film de Pékin, il obtient son diplôme en jouant un conducteur d'autobus dans «Good morning, Beijing» (北京,你早), troisième film de Zhang Nuanxin (张暖忻). C’est en 1987 que lui vient le désir de devenir réalisateur ; il entre alors à l’institut du cinéma de Pékin. Il commence par écrire des scénarios, puis entre au Studio de Xi'an.

 

 

Wang Quan’an

Wang Quan’an appartient à la « sixième génération » du cinéma chinois, et, comme les réalisateurs de cette « génération », préfère aux grandes fresques de ses prédécesseurs,  le docu-fiction en prise directe sur le réel. Les personnages ne sont plus des héros ou des emblèmes d’un passé souvent tragique, mais des individus broyés par l'exode rural forcé et le travail dans des centres industriels au bord de l’asphyxie, souvent filmés caméra à l’épaule, avec une volonté de témoigner, autant que de dénoncer, qui n'empêche ni l'esthétisme ni l'humour.

 

Filmographie 

 

Eclipse de lune

 

1999  « Eclipse de lune » (月蚀)

 

Prix des critiques au Festival international du Film de Moscou en 2000.

 

Après avoir abandonné sa carrière d'actrice pour épouser un homme plus âgé qu'elle, une femme, Ya Nan (雅男), rencontre un photographe qui lui annonce qu'elle ressemble à une femme qu'il a aimée et qui l'obsède, et qui voulait elle aussi être actrice. Ya Nan se lance alors dans une quête pour tenter de comprendre…

 

Ce fut le premier rôle de Ya Nan, qui devint l’actrice fétiche de Wang Quan’an, comme Zhao Tao pour Jia Zhangke.

 

 

L’histoire d’Ermei

 

2004 « L’histoire d’Ermei » (惊蛰)

 

Le titre  chinois, 惊蛰Jīngzhé, désigne symboliquement l’une des 24 périodes du calendrier lunaire : elle se situe vers le 6 mars et marque la fin des grands froids et de l’hibernation ; on dit : après Jīngzhé, les animaux qui hibernent sortent chercher à manger ( zhé : hiberner).

 

Guan Ermei (关二妹) est vendue à un paysan aisé, mais ivrogne, parce que sa famille est tombée dans la misère à la suite de la maladie du grand-père et de la tentative du père de couper des arbres illégalement pour pouvoir acheter les médicaments nécessaires. Révoltée, Ermei fuit à la ville pour éviter ce mariage et se fait embaucher dans un restaurant. Séduite et abandonnée, elle revient finalement au village se marier, a un fils, et, au bout du compte, découvre la joie simple de vivre avec lui.

 

Ya Nan incarne à merveille une sauvageonne paysanne qui finit par accepter son destin et se réconcilier avec la vie. Le film est un hymne aux joies simples de la vie paysanne et à ses valeurs.

 

Le mariage de Tuya

 

2006  Le Mariage de Tuya (的婚事)

 

Ours d’or au festival de Berlin en 2007.

 

Dans les immensités de la steppe mongole, Tuya (图呀) mène une vie difficile avec son mari, handicapé à la suite d’un accident ; il lui propose donc de se remarier, mais la quête du mari idéal sera compliquée par le fait que celui-ci  doit accepter de subvenir aux besoins de l’invalide que Tuya ne veut pas abandonner.

 

« Ma mère est née en Mongolie intérieure » a expliqué le cinéaste « tout près de là où le film a été tourné. C’est pourquoi j’aime tellement les Mongols, leur vie et leur musique. Lorsque j’ai entendu dire que le développement industriel asséchait les pâturages et que les autorités locales forçaient les bergers à quitter leurs terres, j’ai décidé

Wang Quan’an et son actrice

à Berlin en 2010

 

de faire un film qui laisserait une trace de leur mode de vie avant qu’il ne disparaisse. »

 

Wang Quan’an ne met aucun sentimentalisme dans sa description des traditions qui se perdent ; il dépeint les faits, et l’inexorable évolution en cours, et quand l’histoire menace de virer au drame, il nous distille une petite dose de comique impromptu qui fait repartir le film dans la voie du réalisme qu’il s’est tracée. Le tragique est aussitôt désamorcé. Wang Quan’an fait preuve d’une grande subtilité dans le dosage des éléments de tragique et de drôlerie naturelle.

 

 

Extrait 1 (l’accident)

http://www.commeaucinema.com/bandes-annonces/le-mariage-de-tuya,82438-video-8790

Extrait 2 (le divorce)

http://www.commeaucinema.com/bandes-annonces/le-mariage-de-tuya,82438-video-8791

Extrait 3 (1er prétendant)

http://www.commeaucinema.com/bandes-annonces/le-mariage-de-tuya,82438-video-8792

 

2009 « La tisseuse » (《纺织姑娘》)

Grand prix spécial du jury et prix de la critique au Festival des films du monde de Montréal (septembre 2009).

 

2010 « Apart Together » (《团圆》)

Ours d’argent du meilleur scénario au festival de Berlin 2010.

 

2011 « White Deer Plain » (《白鹿原》)

 

 

 

 

 

 

 
     
     
     
     
     
     
     
     

 

   

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 



Qui sommes-nous ? - Objectifs et mode d’emploi - Contactez-nous - Liens

 

© ChineseMovies.com.fr. Tous droits réservés.

Conception et réalisation : ZHANG Xiaoqiu