Accueil Actualités Réalisation
Scénario
Films Acteurs Photo, Montage
Musique
Repères historiques Ressources documentaires
 
     
     
 

Metteurs en scène

 
 
 
     
 

Xu Ang

Présentation

par Brigitte Duzan, 28 octobre 2014, actualisé 22 juin 2015

 

Xu Ang est un tout jeune metteur en scène soudain devenu la coqueluche du festival de Rome, en octobre 2014, lorsque son premier film, « Twelve Citizens » (《十二公民》), a glané l’un des deux principaux prix attribués à l’issue de la 9ème édition du festival. C’était le seul film chinois en compétition.

 

Xu Ang est connu comme l’un des plus brillants jeunes metteurs en scène de théâtre parlé en Chine aujourd’hui. Cette formation fait de lui un réalisateur au style très personnel. Il renoue, en la modernisant, avec une longue tradition qui a beaucoup influé sur l’évolution du cinéma chinois, et que l’on avait un peu oubliée.

 

2002 : première mise en scène au théâtre

 

Xu Ang (徐昂) est né en novembre 1978 à Pékin et y a fait ses études. Il fait partie de cette génération d’écrivains et

 

Xu Ang

d’artistes qui n’ont pas connu le régime maoïste et se sont formés dans la Chine « de l’ouverture », en constituant une frange d’avant-garde fortement influencée par des modèles étrangers.

 

Sa grand-mère était de Suzhou, son grand-père de Shanghai, et tous deux des intellectuels progressistes dans les années 1930. Sa grand-mère a été membre des organisations clandestines du Parti communiste ; elle s’appelait Xu, madame Xu (徐太太). Le grand-père s’appelait Chu (), mais était appelé monsieur Xu (徐太太的先生) dans la clandestinité, formant avec elle un couple factice pour les besoins du réseau. Ils ont fini par se marier. C’est anecdotique, mais non anodin dans l’imaginaire d’un jeune collégien, dans la Chine moderne.

 

Très bon élève en maths, physique et chimie, qui participait même à des compétitions dans ces disciplines, Xu Ang a pourtant été orienté vers l’Institut central d’art dramatique (中央戏剧学院) à la fin du lycée. Lors de sa quatrième année d’études, il est sélectionné pour jouer dans une pièce de théâtre parlé : « Le premier contact intime » (《第一次的亲密接触》), adaptée d’un roman de l’auteur taïwanais Tsai Chih-heng (蔡智恆).

 

Les tristesses de la comédie

 

Son interprétation, très remarquée, lui permet d’entrer au Théâtre des arts du peuple de Pékin (北京人民艺术剧院, ou 北京人艺). D’abord acteur, il devient très vite le plus jeune metteur en scène de l’histoire de ce théâtre, créé en juin 1952 pour devenir l’élément moteur du développement du théâtre parlé dans la Chine de Mao.

 

Il réalise sa première mise en scène en 2002, à l’âge de 24 ans. Il s’agit d’une pièce du dramaturge Guo Qihong  (郭启宏) : « Confession d’un homme » (《男人的自白》). En 2005, sa mise en scène de « L’amant » (《情人》) est primée au Festival de théâtre international de Tokyo ; il y acquiert une première notoriété.

 

Mais son grand succès reste « Les tristesses de la comédie» (《喜剧的忧伤》), mise en scène en juillet 2011,

avec Chen Daoming (陈道明) et son acteur désormais fétiche, He Bing (何冰). Cette pièce a eu un énorme succès : Chen Daoming y incarnait avec brio un censeur borgne ("独眼龙") entreprenant de disséquer un

scénario qu’un jeune auteur de comédiesest venu lui soumettre. C’était hilarant, mais la satire était aussi amère. Le gratin du monde du spectacle était invité à la première, dont Feng Xiaogang (冯小刚) et son épouse qui ont laissé éclater leur amertume.

 

C’est cette expérience du théâtre que Xu Ang va transcrire au cinéma, dans sa première mise en scène cinématographique : « Twelve Citizens » (《十二公民》), film primé au festival de Rome, dans la section Cinema d’Oggi, le 25 octobre 2014.

   

Chen Daoming en censeur borgne

 

2014 : premier film

 

C’est donc un metteur en scène avec plus de douze ans d’expérience du théâtre qui se tourne vers le cinéma pour réaliser un remake d’un film américain adapté … d’une pièce de théâtre. On reste bien dans la même logique.

 

12 Citizens

 

« Twelve Citizens » est un remake du célèbre film de 1957 de Sidney Lumet, avec Henry Fonda : « Twelve Angry Men ». C’est une adaptation de la pièce éponyme de 1954 de Reginald Rose, d’abord écrite pour la télévision et diffusée sur CBS, puis réécrite pour le théâtre en 1955. Le film est un huis clos, typiquement théâtral, à l’exception de trois minutes au début et à la fin. C’est une analyse de la manière de parvenir à un consensus, et des difficultés rencontrées, dues aux différentes personnalités en présence.

 

C’est surtout une satire des préjugéstrès répandus, idées toutes faites et décisions irréfléchies qui peuvent avoir des conséquences désastreuses, ici dans le cas de jurés décidant de la vie ou de la mort d’un accusé, mais aussi bien dans la vie de tout pays démocratique. Sydney Lumet s’attache à montrer combien les esprits sont malléables et influençables, réflexion qui s’inscrit dans tout un mouvement de pensée en Occident au lendemain de la guerre.

 

Xu Ang reprend le schéma du jury d’assises imaginé par Reginald Rose, mais en le transposant dans une toute autre optique : une peinture critique des clivages de la société chinoise moderne à travers les personnalités de douze jurés provenant d’origines sociales et géographiques totalement différentes, avec, aussi, une part de préjugés dans leurs attitudes.

 

Il y a un chauffeur de taxi, un agent immobilier, un petit commerçant, un policier, un vendeur d’assurances, etc…  On pense aux personnages populaires, aux métiers les plus divers, des récits de Lao She (老舍), ou de Feng Jicai (冯骥才). Ils sont interprétés par des acteurs venus à la fois du théâtre, de la télévision et du cinéma, et en particulier des hesuipian de Feng Xiaogang : He Bing bien sûr, mais aussi Han Tongsheng (韩童生), Wang Gang (王刚), Qian Bo (钱波), etc …

 

Avec ce film, Xu Ang renoue avec une longue tradition du

 

Xu Ang et son acteur He Bing à Rome

 

Xu Ang et son film ont obtenu cinq

 récompenses dans le cadre des

China Movie Channel Media Awards

 

cinéma chinois, qui a mis très longtemps à se dégager de l’influence du théâtre. Mais c’était le théâtre chinois. Ici, le modèle est celui du théâtre occidental, et britannique en particulier, et sa version chinoise du théâtre parlé, qui est la spécialité du jeune metteur en scène. Si l’une des références de Xu Ang est Dürrenmatt, la référence de « Twelve Citizens » est plutôt le style de Danny Boyle, à la fois, lui aussi, metteur en scène de théâtre et de cinéma. Xu Ang a lui-même autant d’avenir dans les deux domaines.

 

A l’issue de la 18ème édition du Festival international de cinéma de Shanghai, en juin 2015, le Xu Ang et son film ont obtenu cinq récompenses dans le cadre des China Movie Channel Media Awards : prix du meilleur film et du meilleur réalisateur, prix du meilleur scénario attribué au scénariste Han Jinglong (韩景龙), prix du meilleur acteur décerné à He Bing (何冰) pour son rôle du juré n°8, et prix d’interprétation masculine dans un second rôle décerné à Han Tongsheng (韩童生).

 

 

 

 

 

 
     
     
     
     
     
     
     
     

 

   

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 



Qui sommes-nous ? - Objectifs et mode d’emploi - Contactez-nous - Liens

 

© ChineseMovies.com.fr. Tous droits réservés.

Conception et réalisation : ZHANG Xiaoqiu