Accueil Actualités Réalisation
Scénario
Films Acteurs Photo, Montage
Musique
Repères historiques Ressources documentaires
 
     
     
 

Metteurs en scène

 
 
 
     
 

Zhou Hongbo 周洪波

Présentation

par Brigitte Duzan, 21 janvier 2017

 

Né en 1971 à Yangzhou (扬州), dans le Jiangsu, Zhou Hongbo a réalisé une douzaine de films, documentaires et fiction, depuis 1999. Il est l’un des réalisateurs promus par le Centre de recherche sur le cinéma mondial de l’Université normale de Shanghai (上海师范大学世界电影研究中心) qui a organisé une rétrospective de son œuvre en janvier 2015 et a présenté son second long métrage de fiction, « Winter Cicadas » (《冬蝉》), au festival de Cannes en juin 2015.

 

Zhou Hongbo a commencé en 1996 ses études à l’Institut du cinéma chinois de Pékin dont il est sorti diplômé en 1999, après quoi il a aussitôt commencé à travaille à la télévision de Shanghai. Son film de fin d’étude, « A Fish Who Wants to Fly » (《霜天晓角》), a été sélectionné par le programme de la Cinéfondation du 53ème festival de Cannes, puis a été présenté au Festival des courts métrages asiatiques de Pusan.

 

Zhou Hongbo

 

En 2002, il a réalisé un documentaire de 30 mn, « Gongs et tambours de Jiangzhou » (《绛州锣鼓》). Mais le film qui l’a fait connaître est « Lotus Ferry » (《董家渡》), un documentaire de 60 mn sorti en 2006. Lotus Ferry est en fait un petit quartier résidentiel très animé de Shanghai, au sud du Bund, près d’un vieil embarcadère, appelé ainsi du nom du ferry reliant le quartier au reste de la ville. Il y a de vieux bâtiments d’usines, des vieilles églises, un théâtre souterrain, des rues tortueuses et des bâtiments historiques célèbres, ou du moins il y avait, car depuis lors – et surtout depuis l’Exposition

 

Lotus Ferry

 

universelle de 2010 – le quartier a en grande partie été détruit dans la vague de modernisation de Shanghai.

 

 

Le quartier de Dongjiadu

 
 

La caméra s’arrête sur un vendeur de fruits, une femme qui tient un petit salon de coiffure avec son frère sourd, un vieil homme qui parle un excellent anglais… Il n’y a pas de narration, les gens restent anonymes, la caméra enregistre des tranches de vie sans poser de questions. Mais plane

sur tout cela le sens du déclin, inéluctablement lié au développement de la ville. C’est aujourd’hui un document sur un monde qui n’est déjà plus.

 

En 2008, le documentaire « Le Mirage » (《天目) a été présenté en première internationale au Festival des Cinémas d’Asie, à Vesoul. Zhou Hongbo explore l’univers intérieur de Chen Shi, qui vit seul, isolé, en pleine montagne. Sa femme l’a trompé avec son beau-frère, et s’est suicidée, un an auparavant. Alors Chen Shi a fui dans la montagne, où il rencontre par hasard sa belle-sœur et son beau-frère. Ils tentent de se pardonner, sans y parvenir.

 

En 2013, le documentaire « White Ballet Skirt » (《白舞裙》) est un autre exercice sur les conflits entre individus, et les conflits internes, le tout sur fond de destin. Le documentaire filme une petite fille de dix ans, de Chengdu, qui rêve de devenir une ballerine. Comme ses parents n’ont pas les moyens de lui payer des cours de danse, elle s’entraîne dans la rue. Son histoire devient célèbre et elle est invitée au festival de Brisbane pour danser avec des professionnels. L’originalité du film est de ne pas montrer les efforts de

 

The Mirage

l’enfant pour réaliser son rêve, mais plutôt le conflit entre rêve et réalité.

 

Winter Cicadas

 

Sorti en 2013, « Winter Cicadas » (《冬蝉》) est son second long métrage de fiction. Ilsuit le jeune réalisateur Chen Tuoqui rentre en Chine après avoir étudié à l’étranger. Il part de Shanghai pour se rendre dans un monastère éloigné dans les monts Tianmu (天目山), dans le Zhejiang, où vit sa mère après un dramatique incendie qui a coûté la vie à son frère autiste ; il avait été laissé seul, attaché, dans la maison pendant que sa mère était allée travailler. La mère se blâme de la mort de son fils aîné, et le second la soupçonne de ne l’avoir élevé que pour s’occuper de son frère.

 

C’est une étude de l’histoire intime de ces deux personnages, leur difficulté à communiquer, sur fond du rythme lancinant de chants bouddhistes.

 

En même temps, aussi, Zhou Hongbo a présenté un nouveau projet au Asia Film Financing Forum du festival de Hong Kong,

et c’est un autre documentaire : « Departure » (乡村入殓师》). C’est le portrait d’un homme qui travaille dans une morgue, où il est chargé de mettre les morts dans leurs cercueils. Son travail devient une sorte de parcours spirituel. 

 

Le film a été inspiré à Zhou Hongbo par la rencontre avec un employé des pompes funèbres, lors des funérailles de la grand-mère de son épouse, dans le Jiangnan. Comme le rituel était complexe, l’homme leur a expliqué ce qu’il fallait qu’ils fassent, et ce qu’ils devaient dire pour prendre congé de la défunte. Puis il l’a habillée avec tellement de soins et d’attention que tout le monde en a été touché. 

 

Departure, trailer

 

En juin 2016, un nouveau projet de Zhou Houbo – « The Youth in the Happy Street » - a été retenu dans le cadre du « New Talent Project » au festival international de cinéma de Shanghai.

 


 

Filmographie

 

Principaux documentaires

 

1999 A Fish Who Wants to Fly 《霜天晓角》 (court métrage)

2004 Gongs et tambours de Jiangzhou 《绛州锣鼓》 (court métrage)

2006 Lotus Ferry 《董家渡》

2007 Van Gogh of Li Village 《李庄的梵高》

2009 Wild Strawberries 《野草莓》

2013 White Ballet Skirt 《白舞裙》

 

Films de fiction

 

2008 The Mirage 《天目

2014 Winter Cicadas 《冬蝉》

2016 The Youth in the Happy Street (en préparation)

 

 

 

 

 

 

 

 
     
     
     
     
     
     
     
     

 

   

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 



Qui sommes-nous ? - Objectifs et mode d’emploi - Contactez-nous - Liens

 

© ChineseMovies.com.fr. Tous droits réservés.

Conception et réalisation : ZHANG Xiaoqiu