Accueil Actualités Réalisation
Scénario
Films Acteurs Photo, Montage
Musique
Repères historiques Ressources documentaires
 
     
     
 

Metteurs en scène

 
 
 
     
 

Cai Chengjie 蔡成杰

Présentation

par Brigitte Duzan, 21 février 2019

 

Réalisateur d’un premier film prometteur, Cai Chengjie est né en février 1980 à Pingquan, dans le Hebei (河北平泉).

 

Titulaire d’un diplôme de design de l’Université de technologie du Shaanxi, il a travaillé comme directeur de programme à la télévision chinoise centrale (CCTV), où il a réalisé des documentaires et téléfilms sur les problèmes de société ; mais, la réalisation étant très encadrée et ne lui laissant aucune marge créative, il s’en est lassé. En 2016, il a démissionné pour réaliser son premier long métrage indépendant : « The Widowed Witch » (《北方一片苍茫》).

 

Ecrit et réalisé par Cai Chengjie et d’abord intitulé « Shaman » (《小寡妇成仙记》, soit littéralement « Histoire d’une petite veuve devenue immortelle ») [1] , le film a obtenu les deux prix du meilleur réalisateur et du meilleur film de

 

Cai Chengjie

fiction au festival FIRST de Xining en juillet 2017, puis il a décroché le Tiger Award au festival de Rotterdam en février 2018.

 

Version longue (Shaman)

 

C’est certainement un film très personnel, où Cai Chengjie a voulu dresser un tableau de la vie dans un village du nord de la Chine, en partie par nostalgie de sa propre enfance. La vie qu’il dépeint est rude, brutale même ; c’est le drame, dit-il, qui fait avancer le récit. Pourtant, il y a aussi beaucoup de chaleur humaine. Le réalisateur montre les côtés hospitaliers de ce pays glacé, la chaleur sous la neige, et en même temps une culture locale où surnaturel et fantastique relèvent de l’animisme ancien.

 

Le personnage principal, Erhao, est une veuve qui l’est pour la troisième fois quand son mari est tué dans une explosion de leur fabrique de feux d’artifice dont elle-même réchappe de justesse. Alors qu’elle est chez ses beaux-parents dans un état semi-comateux, elle est violée par son beau-frère. Elle part alors avec le frère muet de son défunt mari, à la recherche d’un endroit où elle puisse trouver refuge, et une

chaleur qui paraît rare dans cette contrée où la couleur semble être essentiellement monochrome, comme les sentiments : si le film commence en couleurs, comme sous l’effet de l’explosion, il continue en noir et blanc.

 

The Widowed Witch (affiche chinoise)

 

The Widowed Witch (affiche du festival de Rotterdam)

 

Le film se déroule alors au gré des succès de Erhao. Défiant la méfiance, voire la franche opposition des villageois, Erhao tourne à son avantage leurs superstitions. Elle gifle un homme et le guérit ainsi d’une raideur dans le cou, découvrant peu à peu ses pouvoirs « magiques » Mais ses problèmes ne sont pas finis pour autant...

 

Le film a été tourné en seulement neuf jours, après la fête du Nouvel An chinois. Il est interprété par des acteurs non professionnels, qui sont venus sur le tournage pendant leurs vacances, et sont ensuite repartis en ville travailler ; presque plus personne ne vit au village.

 

C’est un superbe film, d’une sombre beauté, où, sous une pointe d’humour, perce une dénonciation des injustices et des préjugés d’un autre âge dont continuent de souffrir les femmes en Chine aujourd’hui.

 

Trailer

 

 

Filmographie

 

Pour la télévision

 

2013 J’ai entendu parler de Liangshan  听见凉山》 (feuilleton télévisé en 9 épisodes de 43’)

 

Cinéma

 

2018 The Widowed Witch 《北方一片苍茫》

 


 


[1] Le film n’a pas seulement changé de titre ; il a été remonté en le raccourcissant de plus de vingt minutes après le festival FIRST où la version présentée durait 140’.

 

 

     

 

 

 

 
     
     
     
     
     
     
     
     

 

   

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 



Qui sommes-nous ? - Objectifs et mode d’emploi - Contactez-nous - Liens

 

© ChineseMovies.com.fr. Tous droits réservés.

Conception et réalisation : ZHANG Xiaoqiu