Accueil Actualités Réalisation
Scénario
Films Acteurs Photo, Montage
Musique
Repères historiques Ressources documentaires
 
     
     
 

Metteurs en scène

 
 
 
     
 

Zhang Junzhao 张军钊

Présentation

par Brigitte Duzan, 14 novembre 2017 

 

Zhang Junzhao devrait être plus célèbre qu’il n’est, car c’est lui, en fait, qui a réalisé le premier film de la première promotionde cinéastes entrée après la Révolution culturelle à l’Institut du cinéma de Pékin, ce qu’on appelle la « cinquième génération ».

 

Cependant, pour des raisons de problèmes avec la censure, le film – « One and Eight » (《一个和八个》) - n’est sorti qu’après « La Terre jaune » (《黄土地》) qui lui a donc volé la vedette. Et comme, aussitôt après, Zhang Junzhao a été le

 

Zhang Junzhao

premier réalisateur de la cinquième génération à se tourner vers le cinéma de divertissement populaire, donc à rentrer dans le rang, en quelque sorte, son nom a été éclipsé par celui de ses camarades de promotion.

 

Du théâtre au cinéma

 

Zhang Junzhao (张军钊) est né en octobre 1952 à Pékin, dans une famille originaire du Hunan.

 

Le studio du Guangxi

 

Pendant la Révolution culturelle, il s’enrôle dans l’Armée de libération, et passe cinq ans au Xinjiang avec son unité. Il est démobilisé en 1974, mais reste à Urumqi où il met en scène des pièces de propagande dans lesquelles il interprète aussi certains rôles.

 

En 1978, il entre à l’Institut du cinéma de Pékin, dans la « promotion 78 » (“78). A sa sortie en 1982, avec trois de ses camarades de promotion, dont Zhang Yimou, il est assigné au Studio du Guangxi (广西电影制片厂), à Nanning, dont il devient le

directeur adjoint en 1989. C’est là, en 1983, qu’émerge véritablement la cinquième génération.

 

L’aventure du Studio du Guangxi

  

Le processus d’assignation des jeunes cinéastes de la promotion ’78 commença en avril 1982 et se poursuivit jusqu’en juillet 1982. La règle nationale voulait que les jeunes diplômés soient envoyés dans les villes où vivaient leurs familles, ou dans la ville la plus proche possédant un studio. Evidemment, certains étaient ainsi favorisés par leur situation familiale, mais les autorités chinoises demandaient à chacun de se soumettre aux choix faits pour eux, comme les héros en temps de guerre.

 

Pour la plupart des « citoyens ordinaires » qui n’avaient pas accès aux grands studios de Pékin ou de Shanghai, deux studios étaient particulièrement redoutés : le Studio Emei du Sichuan et, plus encore, le Studio du Guangxi à Nanning. Ce dernier Studio envoya l’un de ses dirigeants à Pékin pour faire de la promotion et tenter d’attirer de bonnes candidatures. Il fit remarquer que, contrairement aux grands studios où l’ascension était très lente, et où un jeune

 

Les quatre du Studio du Guangxi : de g. à dr.

He Qun, Zhang Junzhao, Xiao Feng et Zhang Yimou

pouvait rester assistant-réalisateur pendant de nombreuses années, à Nanning au contraire, les possibilités de passer très vite derrière la caméra et de faire son propre film étaient bien plus grandes.

 

Finalement, il fut décidé d’envoyer à Nanning une équipe de cinq avec des qualifications complémentaires :

-          Pour la réalisation : Zhang Junzhao (张军钊),

-          Pour la photographie : Zhang Yimou (张艺谋) et Xiao Feng (肖风),

-          Pour la direction artistique : He Qun (何群),

-          Et pour le son : Tao Jing.

 

Zhang Junzhao, comme les autres, fit son possible, au début, pour se faire assigner ailleurs. Comme il était membre du Parti, il alla voir le secrétaire de la branche dont il dépendait et fit valoir qu’il venait du Xinjiang, et qu’il préfèrerait être envoyé là-bas, au Studio Tianshan, ou à défaut au Studio de Changchun, car il allait se marier et sa fiancée était de Dalian, à côté. Mais on lui répondit que justement parce qu’il était membre du Parti, il devait montrer l’exemple et accepter le poste qu’on lui offrait.

 

One and Eight

 

Finalement, à part Tao Jing qui refusa l’assignation, les quatre autres décidèrent de partir ensemble au Guangxi et d’être solidaires. De manière significative, le film qu’ils ont réalisé tout de suite, « One and Eight », est un film dont les thèmes principaux sont la loyauté et l’injustice. Mais ils avaient tous, à un degré ou un autre, le sentiment d’être des victimes envoyées en exil, ou au purgatoire.

 

Pourtant, dès leur arrivée, ils eurent tout de suite à travailler sur un film en cours de réalisation. Zhang Junzhao, pour sa part, devint l’assistant réalisateur du directeur du Studio, Guo Baochang (), qui tournait un nouveau film, dont He Qun, de son côté, fut le chef décorateur.

 

C’est pendant le Nouvel An chinois de 1983 que Zhang Junzhao découvrit le scénario de « One and Eight », qui avait été adapté du poème lyrique de Guo Xiaochuan (郭小川) par le

scénariste Zhang Ziliang (张子良), qui était de Xi’an. Il trouva le scénario très fort, et le donna à lire à ses trois camarades qui partagèrent son avis. Ils y virent l’occasion de tourner très vite leur premier film.

 

Lorsque Guo Xiaochuan soutint le projet, et offrit d’en être le conseiller artistique, il emporta l’adhésion. Le projet put démarrer.

 

Voir : « One and Eight » : le premier film de la cinquième génération

 

Après « One and Eight » 

 

Après « One and Eight », cependant, il a été le premier parmi ses pairs de sa "génération" à abandonner les films quasiment expérimentaux conçus comme des défis à la tradition du réalisme socialiste, pour se lancer dans des films de divertissement orientés vers le public populaire. Il a donc suivi un parcours totalement différent des autres, sans chercher à continuer à innover.

 

Il justifia sa position en suggérant une recherche d’un juste milieu entre le goût populaire et celui d’une élite ; il prétendit qu’il était nécessaire d’en revenir à des films plus conventionnels afin de survivre et de ne pas faire perdre trop d’argent aux studios, citant Tian Zhuangzhuang comme l’exemple de ce qu’il ne fallait pas faire, ses deux films « Le voleur de chevaux » et « On the Hunting Ground » ayant cumulé des pertes considérables [1].

 

Come on China

 

En 1985, il réalise un film sur le sport, à la suite du championnat mondial de volleyball auquel participa l’équipe féminine chinoise.

 

Come on China !

 

Le tueur solitaire

 

L’année suivante, en 1986, il tourne un film d’action qui se passe dans la région du Guangxi, vingt ans après la défaite des Taiping,

 

 

Le tueur solitaire

 

En 1987, il aborde un autre genre encore : un film dont la psychologie est le ressort de l’intrigue, « L’arc lumineux » (《弧光》). Le personnage principal est une jeune femme persuadée qu’elle est une sorcière. Elle est placée dans un asile d’aliénés où elle est confiée aux soins d’une psychiatre…

 

Le film a été sélectionné par le 16ème Festival du film international de Moscou en 1989, et nominé pour la médaille d’or de Saint-Georges, mais c’est … « Le Voleur de bicyclette » qui l’a remportée. La comparaison montre bien à quel point le film était désuet.

 

Il tourne encore deux films, mais, en 1991, à cause de problèmes de santé, il est près de devoir arrêter de faire des films. Il continue en travaillant pour la télévision.

 

 

 

L’arc lumineux

Principaux films

 

1983 One and Eight 《一个和八个》

1984 Film de fiction sur le sport 体育故事片 : Come on China ! 《加油-中国队》

1984 Film d’arts martiaux 武打片 : Le tueur solitaire 《孤独的谋杀者》
1987 Film psychologique 心理故事片 : L’arc lumineux 《弧光》
1989 Film d’action 动作故事片 : Lutte à mort 《死拼》 上、下部
1991 Film d’éthique 伦理片 : Une femme de Taipei 《台北女人》
1991 言情故事片 Three Daring Daughters 《花姊妹风流债》

 

Plus dix films pour la télévision, de 1982 à 2002.

 

Interview

http://news.sina.com.cn/c/p/2005-08-03/22017404351.shtml


 


[1] Opinions exprimées dans une interview publiée dans le journal China Film News (中国电影报) le 5 avril 1987 : « Un réalisateur transformé » (《一个被改变了导演》). Traduction en anglais publiée dans « Perspectives on Chinese Cinema », ed. Chris Berry, British Film Institute 1991, pp. 130-133.

 

 

     

 

 

 

 
     
     
     
     
     
     
     
     

 

   

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 



Qui sommes-nous ? - Objectifs et mode d’emploi - Contactez-nous - Liens

 

© ChineseMovies.com.fr. Tous droits réservés.

Conception et réalisation : ZHANG Xiaoqiu